Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 7    Aujourd'hui : 21    Total : 5170324     


Anthologie de pistolets



En 1940, le poète Pablo Neruda a été nommé consul général du Chili au Mexique.

 

Le Mexique de cette époque là était plus amoureux  du pistolet que tueur. Il y avait un culte du révolver, un fétichisme du « 45 ». On sortait sans cesse son gros pistolet pour le faire briller. Les candidats aux parlementaires et les journaux commençaient leurs campagnes d’ « abolition du pistolet», mais  ils comprenaient sur le champ qu’il était plus facile d’extraire une dent à un mexicain plutôt que sa très chère arme à feu.

Une fois, les poètes me célébrèrent par une promenade en barque fleurie. Quinze ou vingt poètes se rassemblèrent sur le lac Xochimilco et me firent naviguer entre eaux et fleurs  à travers  les canaux et couloirs de cette lagune destinée aux promenades florales depuis l’époque des aztèques. L’embarcation est décorée de fleurs de toutes parts, débordante de figures et de splendides couleurs. Les mains des mexicains, tout comme celles des chinois, sont incapables de créer quelque chose de laid, que ce soit en pierre, en boue ou en œillets.

Ce qui est certain, c’est que, durant la traversée pour me rendre un hommage différent et après de nombreuses tequilas, l’un de ces poètes s’entêta à tirer en l’air avec son beau pistolet qui manifestait des signes d’argent et d’or sur la poignée.  Aussitôt,  le collègue le plus proche sortit rapidement le sien d’une cartouchière et emporté par l’enthousiasme donna un coup sur celui du premier donateur et m’invita à tirer avec sa propre arme. En entendant ce vacarme les autres rhapsodes s’y joignirent, chacun en dégainant avec détermination leur pistolet, et les brandirent tous autour de ma tête pour que je choisisse le leur et non celui des autres. Cette cape mouvante de pistolets qui se croisaient devant mon nez ou qui me passaient sous les aisselles, devenait chaque fois plus menaçante, jusqu’à ce qu’il me vint l’idée de retourner un grand chapeau typique et, après les avoir demandés au bataillon de poètes au nom de la poésie et de la paix, de les récolter tous en son sein. Ils obéirent tous et de cette façon je parvins à leur confisquer leur arme pour quelques jours en les gardant chez moi. Je pense que j’ai été le seul poète pour lequel on a composé une anthologie de pistolets.

 

Texte espagnol de Pablo Neruda, Confieso que he vivido, 1974

 

 

 


© Cours d'Espagnol.com
Toute reproduction est strictement interdite

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com