Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 15    Aujourd'hui : 998    Total : 5140463     


Ecrire pour vivre



Décevant les espoirs de son père, le jeune Gabriel quitta les études pour se consacrer au journalisme et à la littérature.

 

Chaque chose, seulement en la regardant, faisait monter en moi un désir irrésistible d’écrire pour ne pas mourir. J’en avais déjà souffert auparavant, mais ce matin là seulement je l’ai reconnue telle une crise d’inspiration, ce mot si abominable mais si réel qui dévaste tout ce qu’il rencontre sur son passage pour à terme finir en cendre.

Je ne me souviens pas que nous ayons parlé plus, même dans le train du retour. Déjà dans le bateau, durant la matinée du lundi, dans la brise fraîche des marécages endormis, ma mère se rendit compte que je ne dormais pas non plus, et elle me demanda :

-- A quoi penses-tu ?

-- J’écris – lui répondis-je. Et je m’empressai d’être plus aimable- autrement dit, je pense à ce que je vais écrire lorsque je serai au bureau.

- Tu n’as pas peur que ton père meurt de chagrin ?

D’une grande pirouette je me défilai.

- Il a eu tant de raison de mourir que celle-ci sera la moins mortelle.

Ce n’était pas le meilleur moment de me lancer dans un second roman après m’être enlisé dans le premier et d’avoir tenté avec ou sans succès d’autres formes de fiction, mais tel un compromis de guerre je me l’imposai à moi même cette nuit là: l’écrire ou mourir. Ou tout comme Rilke avait dit : « Si vous pensez être capable de vivre sans écrire, n’écrivez pas ».

Depuis le taxi qui nous mena jusqu’au quai des bateaux, ma vielle ville de Barranquilla me sembla étrange et triste dans les premières lueurs de ce février provincial. Le capitaine du bateau Eline Mercedes m’invita à accompagner ma mère jusqu’à Sucre où vivait la famille depuis dix ans. Je n’y pensai même pas. Je lui ai dit au revoir d’un baiser, et elle me regarda droit dans les yeux, elle me sourit pour la première fois depuis la veille au soir et me demanda avec sa malice habituelle :

- Alors, je lui dit quoi à ton papa ?

Je lui répondis avec la main sur le cœur :

- Dîtes-lui que je l’aime beaucoup et que grâce à lui je vais être écrivain.

Et je devançais sans compassion toute alternative. - Rien d’autre qu’écrivain.   

 

Gabriel García Márquez, Vivir para contarla, 2002.

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com