Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 8    Aujourd'hui : 437    Total : 5109127     


Un détective mapuche




Cette histoire est née entre les bois qui grandissent au fond du fiord d’Aysén, en Patagonie. J’étais arrivé jusqu’à mon cher monde austral dans l’intention de visiter quelques bons amis et alors que j’attendais à un croissement de chemins le véhicule qui passerait me prendre, j’engageai la conversation avec un homme assez loquace, qui, excepté les proportions physiques décrites par Cervantes, ne manqua pas de me rappeler Sancho Panza. 

Il était, sans aucun doute, mapuche et après s’être offert mutuellement du tabac et du feu, et avoir échangé des banalités sur le temps, si changeant, nous en vînmes à parler de ce que nous faisions en particulier.

Sans aucun air de refus ou de surprise, il accepta le fait que j’étais écrivain et ainsi il ne me resta plus qu’à accepter et croire qu’il était policier, détective du corps de lutte contre le vol de bestiaux, pour être plus précis.

Il avait un nom pompeux et un sens olfactif vraiment développé.

Tandis que nous bavardions, il redressa subitement la tête, l’orienta vers un point incertain entre les montagnes basses et agita les ailes du nez.

-        Il y a un incendie de forêt. Mauvaise chose -dit-il.

Je regardai moi aussi et j’eus beau aiguiser mon regard, je ne vis aucun signe de fumée ni ne sentis aucune odeur de bois brûlé. C’était l‘été, le ciel se montrait bleu et diaphane aux quatre points cardinaux et l’air pur de la Patagonie sentait les mille herbes qui poussent là bas. Il agita une fois de plus les ailes du nez avant de préciser :

-        Un bois de « peumos ». Mauvaise chose.

Plus tard, chez mes amis et faisant honneur à un agneau rôti à la broche convenablement arrosé de vin, je commentai le fait avec eux.  Aucun n’avait entendu parler d’incendie, tout au moins pas dans les environs, c’est vrai qu’en Patagonie les distances sont assez relatives.

Trois jours plus tard, à environ deux cents kilomètres de l’endroit de la rencontre avec le détective, je passai par un chemin qui bordait plusieurs hectares de bois rasés par le feu ; une brigade de pompiers forestiers éteignait les dernières braises et je m’approchai d’eux. 

-Qu’est-ce que c’était comme arbres ?- demandai-je

-Des « peumos ». Mauvaise chose - répondit un pompier.

Avant de nous quitter, ce détective mapuche me demanda comment était la ville où, à l’époque, je vivais. Je suppose que je lui fis une description sans enthousiasme et arbitraire de Paris, qu’il écouta entre de légers gestes de  consentements. A ma question à propos d’où il vivait lui, il répondit qu’il détestait les villes.

Luis Sepúlveda, Hot line, 2002

 

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com