Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 12    Aujourd'hui : 449    Total : 5109139     


Chez Bernarda Alba

 

 

Le père vient de mourir et la mère, Bernarda, impose un deuil rigoureux. Adela, la plus jeune des filles se promène dans le poulailler vêtue de sa robe verte qu’elle n’a pas encore étrennée. Angustias, la fille ainée, vient de sortir. Trois autres filles de Bernarda Alba cancanent.

Magdalena : ( intentionnellement) . Vous connaissez déjà la nouvelle ? ( En montrant Angustias)

Amelia : Non

Magdalena : Allez !

Martirio : Je ne sais pas de quoi tu parles…

Magdalena : Vous le savez mieux que moi, toutes les deux . Toujours en tête à tête comme des petits moutons , mais sans vous mettre à l’aise avec personne. Pour Pepe el Romano !

Martirio : Ah !

Magdalena : ( l’imitant) Ah ! On en parle déjà dans tout le village. Pepe el Romano vient se marier avec Angustias. Cette nuit il est venu rôder autour de la maison et je crois qu’il va bientôt envoyer un émissaire.

Martirio : Je m’en réjouis. Il est beau garçon.

Amelia : Moi aussi. Angustias a beaucoup de qualités..

Magdalena : Aucune de vous deux ne se réjouit.

Martirio :Magdalena ! Voyons !

Magdalena : S’il venait pour les qualités d’Angustias, pour Angustias en tant que femme, je me réjouirais ; mais il vient pour l’argent. Bien que Angustias soit notre sœur,  nous sommes entre nous et nous reconnaissons qu’elle est vieille, maladive, et qu’elle a toujours été celle qui avait le moins de valeur entre nous toutes. Parce que si à vingt ans elle ressemblait à un bout de bois habillé, qu’en serait-il maintenant qu’elle a quarante ans !

Martirio :  Ne parles pas comme ça. La chance sourit à celui qui s’y attend le moins.

Amelia : Après tout elle dit la vérité! Angustias a l’argent de son père, c’est la seule riche de la famille et c’est pourquoi maintenant que notre père est mort et que le partage de l’héritage va se faire, il vient pour elle !

Magdalena : Pepe el Romano a vingt cinq ans et c’est le plus beau garçon de tous les environs. Il serait normal qu’il te fasse la cour, Amelia, ou à notre Adela , qui a vingt ans , et non qu’il vienne chercher ce qu’il y a de plus obscure dans cette maison, une femme qui, tout comme son père, parle du nez.

Martirio : Peut-être que ça lui plaît à lui!

Magdalena : Je n’ai jamais pu supporter ton hypocrisie.

Martirio : Grand Dieu !

( Adela entre)

Magdalena : Les poules t’ont bien vue ?

Adela : Et que voulais tu que je fasse ?

Amelia : Si notre mère te voit, elle t’arrache les cheveux !

Adela : J’étais toute contente de ma robe. Je pensais la mettre le jour où nous serions allés manger des pastèques à la noria. Il n’y en aurait pas eu d’identique.

Martirio : C’est une jolie robe.

Adela : Et elle me va bien ; c’est ce que Magdalena a fait de mieux.

Magdalena : Et les poules ? Que t-ont-elles dit ?

Adela : elles m’ont offert quelques puces qui se sont jetées sur mes jambes.

( Elles rient)

Martirio : Ce que tu peux faire, c’est la teindre en noir.

Magdalena : Ce que tu as de mieux à faire, c’est de l’offrir à Angustias pour ses noces avec Pepe el Romano.   

Adela : ( avec une émotion contenue) Mais Pepe el Romano…

Amelia : Tu ne l’a pas entendu dire ?

Adela : Non

Magdalena : Bah ! Maintenant tu le sais !

Adela : Mais ce n’est pas possible !

Magdalena : Avec l’argent tout est possible !

Adela : C’est pour ça qu’il est parti après le cortège et qu’il est resté à regarder à la porte d’entrée ? ( Pause) Et cet homme est capable de ….

Magdalena : Il est capable de tout.

(Pause.)

Martirio : A quoi penses-tu Adela ?

Adela : Je pense que ce deuil m’a cueillie dans la pire période de ma vie pour le supporter.

Magdalena : Tu t’habitueras bien.

Adela : (éclatant en sanglots avec colère). Je ne m’y habituerai pas. Je ne peux pas être enfermée. Je ne veux pas que mon corps devienne comme le vôtre, je ne veux pas perdre ma blancheur entre ces murs. Demain je mettrai ma robe verte et j’irai me promener dans la rue. Je veux sortir !

 

Federico García Lorca, La casa de Bernarda Alba, 1936

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com