Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 5    Aujourd'hui : 197    Total : 5112551     


Un chilien à Berlin

 

 

 

Dans les années soixante dix, de nombreux chiliens se virent dans l’obligation de s’exiler après le coup d’Etat militaire.

Ici, en hiver il fait nuit très tôt. En décembre, lorsque nous sortons de l’école avec Edith il n’y a déjà plus de lumière. Cela nous convient assez, à nous. Nous savons toujours où il y a des endroits plus ou moins obscures afin de  nous y mettre un petit moment. Au Chili la nuit est courte, il y a plus d’oiseaux qu’à Berlin, une chaîne montagneuse très belle qui a toujours de la neige au sommet, il y a beaucoup d’insectes, des chiens en liberté, et des mouches. Ici en Allemagne on ne voit pas beaucoup de mouches. Les gens sont très propres.

Moi, j’ai été le premier de ma famille à apprendre l’allemand et chaque fois que le téléphone sonnait, mon papa venait me chercher pour que je réponde. ¨Parfois lorsque je n’étais pas à la maison, papa et maman laissaient sonner le téléphone tout simplement parce qu’ils avaient honte de le décrocher. Et lorsque je rentrais à la maison ils me sermonnaient parce que je n’étais pas là lorsque le téléphone avait sonné. Maintenant nous le laissons sonner autant qu’il le veut, mais dans les premiers mois nous mangions en fonction du téléphone. Il se trouve que papa et maman avaient trouvé un travail en enseignant l’espagnol, des cours particuliers. Etant donné qu’ils sont professeurs tous les deux, ça ne leur coûte rien d’enseigner. Moi, je leur notais l’adresse des élèves sur le carnet et j’écrivais les jours où ils voulaient un cours.

Au début, au collège je n’avais pas d’amis. Lors des récréations je me joignais à mon jeune frère et nous consacrions notre temps à manger le sandwich et à prendre le soleil contre le mur. Voilà une autre chose que je suis : le meilleur preneur de soleil au monde. Peut-être parce que je souffre du froid et suis mort de froid. Au Chili on m’appelait «  le lézard ». Le soleil et moi, nous sommes intimes.

 

 

 

Antonio SKARMETA, No pasó nada, 1996

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com