Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 3    Aujourd'hui : 104    Total : 5108801     


Disparu



« Cela fait sept mois que je me suis trouvé. Avant j’étais un disparu », annonce Gabriel Matías Cevasco, qui a découvert récemment, le 25 octobre de l’année passée, que là était son vrai nom. Durant ses 24 premières années il s’appelait, on l’appelait, Ramiro Hernán Duarte.

A la fin des années soixante sa maman, María Delia Leiva, travaillait dans une usine de textiles à San Martín, dans la province de Buenos Aires. Un soir, en sortant du travail, María Delia (28 ans) et Gabriel Matías (3 mois) ont été séquestrés à l’arrêt d’autobus,  par un groupe de civiles, qui s’est fait passer pour des policiers,.

C’était le 11 janvier 1977.

Un mois après, une femme policière a confié Gabriel à une famille de Pergamino. « On m’a dit que la femme m’appelait Carlitos. On dit qu’elle voulait me garder, mais elle ne pouvait pas à cause du travail. De ce fait, au début, mes parents adoptifs ont cru que je n’avais pas de famille, que mes vrais parents étaient morts. »

Le nom est l’une des nombreuses choses que la dictature a tenté d’effacer chez Gabriel.

Mais les marques ne s’effacent pas.

« A sept ans, alors que nous regardions à la télé un programme sur les enfants adoptifs, mes parents m’ont dit que moi j’étais un enfant du cœur. Ce jour là, mes doutes se sont confirmés. Pendant un temps je n‘ai rien dit et  rien demandé.

A 17 ans j’ai commencé à vérifier certaines choses et j’ai appris l’existence des disparus, de la dictature et j’ai noté que j’étais né à cette époque là. »

 

 

Gabriel est né le 14 octobre 1976 dans la capitale fédérale. Ses parents adoptifs l’ont déclaré comme le leur le 13 février 1977.

« A 17 ans j’ai commencé à me rendre compte que ce n’étais pas une adoption légale. C’est alors que le désir de chercher m’est venu. Avant je ne l’avais pas voulu à cause de mes parents. J’avais peur qu’on ne les mette en prison pour m’avoir déclaré comme leur propre fils alors que je ne l’étais pas. »

«  Un jour, j’ai lu dans le journal que la Commission Nationale du Droit à l’Identité avait accès à une banque génétique de données. Par la suite, quelques années ont passé jusqu’à ce que je me décide et Mariela, ma femme, m’y a aidé. Un jour nous y sommes allés et je leur ai raconté ce que je savais, on m’a donné un rendez-vous pour que j’aille à l’Hôpital Durand. Mes parents adoptifs étaient d’accord, mais avaient peur de perdre cette exclusivité d’être mes parents. »

«  Le 25 octobre de l’année dernière (se souvient Gabriel), on m’a informé qu’on avait de bonnes nouvelles. On m’a montré une photo de moi bébé, on m’a dit que mon papa était vivant et qu’il m’avait recherché.

Son cas est quasiment une exception dans le plan systématique d’extermination de la dictature militaire : ils n’ont pas séquestré son père et il a recherché son fils pendant 24 ans, sans chance, jusqu’à il y 7 mois.

« J’ai appris également que la sœur de ma maman, Adriana, me cherchait. Le moment arrivé, les retrouvailles m’a fait peur, mais en même temps je n’ai pas voulu les reporter.

Ce jour là, mon histoire de disparu a pris fin. Parce que j’étais un disparu ».

 

 

Viva, La Revista de Clarín, 2001

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com