Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 12    Aujourd'hui : 988    Total : 5140453     


Ce pays n’est pas le mien



Ce pays n’est pas le mien mais je l’aime bien. Je ne sais pas si je l’aime plus ou si je l’aime moins que le mien. Je l’ai quitté alors que j’étais toute petite et je ne me souviens plus comment il était. L’unes des différences est que dans mon pays il y a des « cabayos » et ici il y a des « cabaios ». Mais tous hennissent. Les vaches meuglent et les grenouilles coassent.

Ce pays est plus grand que le mien, surtout parce que le mien est minuscule. Mon grand-père Rafael et ma maman Graciela vivent dans ce pays. Et des millions d’autres gens aussi. C’est très agréable de savoir que l’on vit dans un pays où il y a des millions de personnes. Lorsque Graciela m’amène à l’Ecole, il y a des tas de gens qui passent dans la rue. Il y a tellement, tellement, tellement de gens qui passent qu’il me semble que je dois connaître déjà tous les millions de gens de ce pays.

Le dimanche les rues sont presque vides et je demande où ont bien pu passer les millions que j’ai vu le vendredi. Mon grand-père Rafael dit que les gens restent chez eux le dimanche pour se reposer. Se reposer ça veut dire dormir.

On dort beaucoup dans ce pays. Surtout le dimanche parce qu’ils sont des millions à dormir. Si chacun de celui qui dort ronfle neuf fois par heure (ma maman ronfle quatorze fois) alors chaque million d’habitants ronfle neuf millions de fois par heure. Autrement dit les ronflements se propagent.

Moi parfois lorsque je dors je me mets à rêver. Je rêve pratiquement toujours de ce pays, mais il y a des nuits où je rêve de mon pays. Graciela dit que ça ne ce peut pas parce que je ne peux pas me souvenir de mon pays. Mais si, je m’en souviens lorsque je rêve, même si Graciela dit que je dis des mensonges. Mais je ne dis pas de mensonges.

Alors je rêve que mon papa m’emmène par la main à Villa Dolores, c’est le nom du zoo. Et il m’achète des cacahuètes pour que je les donne aux singes et ces singes-là ne sont pas ceux du zoo d’ici parce que eux, je les connais très bien et même leurs femmes et leurs enfants. Les singes de mes rêves sont ceux de Villa Dolores et mon papa me dit regarde Beatriz ces barreaux, moi aussi je vis ainsi. Alors je me réveille en pleurant dans ce pays et Graciela doit venir me dire, mais ma petite ce n’est qu’un rêve.

Moi je dis que c’est dommage que mon papa, par exemple, ne soit pas parmi les milliers de gens qu’il a dans ce pays.

 

Mario Benedetti, Primavera con una esquina rota, 1982

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com