Votre site de confiance pour apprendre et se perfectionner en Espagnol - Plus de 5 millions de visiteurs depuis sa création
Désormais le contenu du site est 100% gratuit suite à de nombreux plagiats de documents revendus illégalement sur le net
Cours d'espagnol - Apprendre l'Espagnol en ligne facilement - Fiches de cours - Traduction espagnol français - Commentaires et sujets du Bac Espagnol Cours d'Espagnol.com
Utilisateurs en ligne : 13    Aujourd'hui : 998    Total : 5140463     


Guérillero (Partisan)

 

 

 

Toño un jeune colombien a décidé de s’engager dans la guérilla, dans les FARC (Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes)

 

Le jour du départ, Toño est parti de la  maison très tôt, sans dire au revoir à personne. Clarita, sa petite sœur, est allée avec lui à l’arrêt de bus et là ils se sont dit au revoir, en face d’un marchand de limonade Lux. A l’heure prévue le bus démarra et ce que Toño n’a jamais su, c’est que Clarita a couru afin de le voir partir depuis l’autre côté de l’avenue, versant des larmes au fur et à mesure qu’il s’éloignait. Clarita pleura comme une fiancée. Elle trouvait bien que Toño aille faire la révolution, puisque, vraiment, il y avait beaucoup de pauvreté dans le pays et surtout une grande injustice. Tout était mal réparti en Colombie et c’est pourquoi Clarita était fière de son frère. Il allait donner sa vie, s’il le fallait, pour que les pauvres ne soient pas mal traités. Mais cela lui faisait peur. En vérité, elle aurait préféré que ce soit les autres qui fassent la révolution, car Toño était le jeune homme de la famille. Dans toutes les maisons il faut un jeune homme, mais que pouvait-elle y faire. Toño était parti faire la révolution et maintenant il fallait qu’elle s’en accommode.

Un matin, lorsque la famille était déjà bien soucieuse, quelqu’un glissa une enveloppe sous la porte. C’était une lettre de Toño. La mère l’a lue à  haute voix aux enfants et au mari. Toño disait qu’il était parti remplir son devoir de patriote ; qu’il était un soldat du peuple et qu’ils devaient en être fiers ; que la nouvelle Colombie, celle de tous, allait naître par le sacrifice de jeunes comme lui.

Mais le papa, qui était très conservateur, s’est mis en colère. Il alla à la cuisine et sortit le fusil.

La guérilla, je n’en ai rien à foutre ! cria-t-il._ je vais chercher mon fils.

La maman l’attrapa par le bras.

_ Antonio, calme-toi, si l’on te voit avec ça dans la rue, on va te mettre en prison_ lui dit-elle._ En plus tu n’as même pas de cartouches.

 

Santiago Gamboa, Vida feliz de un joven llamado Esteban, 2000

Les explications et Analyses de Textes sont produites exclusivement par Cours d'espagnol.com
Bac d'Espagnol - Oral et Ecrit du Baccalauréat

Si vous ne trouvez-pas l'explication désirée - merci de nous contacter directement

Recherche de Texte ou d'Explication de Texte



Plan du site | Services | Nos vidéos | Forum Espagnol | Ressources | Contactez-nous

2006 - 2018 © Cours d'Espagnol.com